Pourquoi préserver les jardins des prairies Saint Martin ?

Démarche citoyenne : Les Prairies Saint Martin sont un lieu public en restructuration, les Rennais veulent se l’approprier. Nous souhaitons être force de proposition dans la construction du projet, être concerté par la Ville et l’équipe urbaniste retenue. En ce sens nous participons démocratiquement à la vie de la cité.

 Préserver la nature : Plusieurs associations rennaises ont participé à l’élaboration d’un livre édité par la MCE qui montre tout l’intérêt écologique d’une zone comme les Prairies Saint Martin à Rennes : un écosystème riche composé d’arbres, haies, prairies, jardins, zones humides idéal pour les petits mammifères, insectes et oiseaux…

 Préserver l’esprit du lieu : Les promeneurs et les habitants des quartiers périphériques aiment cet endroit pour son caractère sauvage et la personnalité forte apportée par les jardins. On sent un attachement à ce lieu exceptionnel que la ville ne peut ignorer (voir le texte de préface d’Edmond Hervé dans le livre édité par la MCE)

 Respecter l’historique du lieu : Les jardins ouvriers existent depuis 1929. Ce type de paysage, très commun il y a 50 ans, est devenu unique aujourd’hui en milieu urbain : Cabanes personnalisées, haies plessées, boisement, espèces végétales d’intérêt, havre pour les oiseaux. Il ne faut pas recommencer les erreurs de l’aménagement de 2006 : suppression de haies et d’arbres, destruction de cabanes témoignant du patrimoine ouvrier, apport de terre de remblais en contradiction avec le PPRI. Les amis du patrimoine rennais (Jérôme Cucarull) et Bretagne Vivante avaient alerté la Ville et les Rennais de cette destruction.

 Respecter les habitants : Quelques habitants vivent ici depuis plus de 50 ans. Ne peut-on pas les laisser jouir de leur bien jusqu’à la fin de leurs jours ? Comment leur demander de partir alors que le sort de la Zone industrielle du Trublet n’est pas encore décidé ? Cette zone, source de pollution potentielle, doit servir de bassin tampon pour les crues. Elle n’est pas propriété de la ville et elle n’est pas dans la zone rouge tramée.

 Respecter les jardiniers : Les nouveaux jardiniers, suite à l’aménagement de 2006, ont beaucoup travaillé pour pouvoir utiliser leur terrain : gravats, remblais, dissémination des mauvaises herbes. Cela renforce l’attachement à ce lieu. Nous contribuons au paysage. De plus, la présence régulière d’individus sur les prairies entraîne une auto-régulation. On voit aujourd’hui que laissé à l’abandon, les prairies deviennent un No man’s land.

 Favoriser le lien social : Proposer des jardins en ville à des gens qui ne peuvent pas acheter un terrain, qui veulent cultiver des légumes et partager leurs expériences permet de renforcer les liens entre générations et entre milieux sociaux. Le caractère associatif peut-être très intéressant pour mutualiser les besoins des jardiniers et aussi créer des animations pour tous les Rennais.

 Favoriser le développement durable : C’est une chance exceptionnelle d’avoir préservé des jardins en centre ville jusqu’à aujourd’hui. Ils auraient pu disparaître à des époques du tout voiture ou tout béton. Avec les politiques de développement durable et d’écologie urbaine, le rôle jardinier des prairies Saint Martin reprend tout son sens : cultiver des potagers en ville et prêt de chez soi.

 Pour des jardins qui respectent le PPRI : Le document « Zones humides et cours d’eau de la ville de Rennes » (Ecosphère juin 2006) prévoit la préservation et le renforcement de la trame verte, composée par les boisements, les haies, les prairies et les jardins familiaux en plus de la restauration de la zone d’expansion des crues.

Le PPRI de 2007 fixe les règles applicables à la zone rouge tramée. Les équipements de loisirs existants sont autorisés. La construction de nouveaux équipements doit se faire au-dessus de la côte d’inondation centennale (selon la carte d’aléas, toute la zone des prairies Saint Martin n’est pas à la même côte de <50cm à > 1m)

L’étude commandée par la ville de Rennes à l’Atelier de l’Ile en 2009 et présentée comme le schéma directeur d’aménagement des prairies Saint Martin inclut le maintien des jardins.