Sous prétexte de garantir une zone d’expansion des crues sur Rennes, la mairie a décidé de sacrifier les prairies Saint Martin au profit de projets immobiliers en zone inondable.

 PPRI_carte21

Classement des prairies Saint Martin en zone inondable réservée à l’expansion des crues

Juin 2011 : La ville de Rennes veut supprimer les jardins ouvriers des prairies Saint Martin. Le discours municipal est très clair : «La modification du Plan de prévention des risques inondation prévoit désormais d'y installer une zone d'expansion des crues. C'est-à-dire qu'à tout moment on peut ouvrir une vanne pour évacuer le surplus d'eau et éviter des inondations en aval» explique Marc Hervé l'élu du quartier (site de la ville de Rennes 08/06/11). Or le plan de prévention des risques d’inondations (PPRI) a été signé en 2007 entre la ville et la préfecture. Il indique le classement des prairies Saint Martin en zone inondable réservée à l’expansion des crues. Dans cette zone, il est clairement dit que les jardins sont autorisés. Le PPRI n’a pas été modifié depuis cette date à notre connaissance. Les prairies inondent régulièrement sans que cela pose problème et les jardiniers sont tout à fait d’accord avec le classement des prairies en zone non constructible. Le courrier que chaque jardinier a reçu le 23 juin, cosigné par Marc Hervé et Jean-Luc Daubaire, est plus modéré : «Cette décision est motivée par les restrictions drastiques en termes d’aménagement imposées par le PPRI. A l’occasion du réaménagement d’une nouvelle tranche de jardins en 2009, l’interdiction de réaliser toute nouvelle construction est apparue. En conséquence il n’est pas possible d’assurer la pérennité des équipements nécessaires à l’activité ». En fait les jardins actuels ne posent pas problème, c’est le projet de nouvelles constructions qui est remis en cause.

En compensation des différents projets de développements urbains programmés par la Ville de Rennes, des travaux de reconquête du champ d'expansion des crues seront réalisés sur le secteur des Prairies Saint Martin.

En cherchant plus, la ville de Rennes a demandé à la préfecture des autorisations de construire en zone inondable dans des quartiers périphériques aux prairies. Arrêté d’autorisation d’aménagement de la ZAC Armorique du 26 octobre 2010 : « A la demande de la Ville de Rennes sont autorisés les travaux prévus pour l'aménagement de la ZAC Armorique […] Les aménagements de la ZAC vont contribuer à: augmenter les surfaces imperméabilisées avec pour conséquence une augmentation des débits rejetés, à réduire le champ d'expansion des crues et à impacter des zones humides. La mise en œuvre de mesures correctrices ou compensatoires est donc obligatoire pour gérer ces différents impacts […] Conformément aux clauses d’évolutivité du PPRI et en compensation des différents projets de développements urbains programmés par la Ville de Rennes, des travaux de reconquête du champ d'expansion des crues seront également réalisés sur le secteur des Prairies Saint Martin. Les travaux consisteront en un remodelage des terrains de ce secteur afin de regagner des volumes pour l'expansion des crues. Le volume minimum reconquis sera de 60000 m3 ».En réalité ce qui pose problème pour le maintien des jardins ce n’est pas les inondations mais le décaissement des prairies sur plusieurs hectares. Les prairies Saint Martin, non constructibles, sont sacrifiées pour pouvoir construire dans d’autres zones inondables. Quel sera l’impact sur la faune et la flore de la zone humide ?

 La mise en culture et la consommation de légumes dont on peut manger les feuilles sont interdites sur les prairies Saint Martin

Au printemps 2009 «Afin d’étudier l’implantation de points d’arrosage et de sanitaires», la ville de Rennes commande une campagne de prélèvement de terres et légumes dans les jardins des prairies Saint Martin. Cette étude est réalisée par la société SCE aménagement et environnement. Les premiers résultats sont présentés aux jardiniers le 30 juin : «concernant la qualité des sols les résultats montrent une qualité moyenne qui n’entraîne pas de risque sanitaire pour les usagers […] concernant les végétaux les résultats sont globalement bons mis à part 2 salades (sur 48 prélèvements) présentant des concentrations en plomb légèrement supérieures aux valeurs réglementaires» Ces analyses ont rassuré les jardiniers car elles ne montrent pas de pollution des légumes malgré un sol médiocre. A partir des analyses des légumes la société SCE a calculé un risque en fonction d’une consommation moyenne. Les calculs sont basés sur les légumes que les jardiniers consomment tout au long de l’année et non pas sur ceux seulement qu’ils produisent. Le risque calculé est ainsi artificiellement augmenté ! De plus les calculs sont basés sur une consommation pendant 30 ans. Malgré cela «le risque calculé» arrive tout juste au seuil du risque toxique. Rappelons que la société SCE aménagement et environnement est le maître d’œuvre choisi par la ville de Rennes pour l’urbanisation de la ZAC Armorique…

Le 10 novembre 2009 la mise en culture et la consommation de légumes dont on peut manger les feuilles sont interdites sur les prairies Saint Martin (Arrêté municipal). La mairie rappelle également que « les jardiniers qui le souhaitent pourront résilier la location de leur parcelle et seront prioritaires pour l'attribution d'un jardin sur un autre site municipal ». Lors de la réunion d’information pour les jardiniers, Jean-Luc Daubaire ne peut s’engager sur le maintien des jardins « car la préfecture peut toujours interdire certaines activités sur le site »

Ancien projet (2009) :

Atelierdel'ile01

 

 

Atelierdel'ile02